Comment lire efficacement II

Lorsque nous lisons un livre, nous pouvons être enthousiasmés par telle ou telle idée présentée par l’auteur et nous nous jurons d’appliquer ses conseils. Pourtant, une fois la lecture achevée, ces belles promesses restent lettre morte. Emportés par notre tendance au zapping, notre lecture à peine finie, nous nous jetons à corps perdu sur une autre activité, au mieux un autre livre. Bref, nous passons à autre chose. Alors, une fois votre lecture terminée, faites une pause et prenez le temps de vous demander quelles sont les idées à mettre en œuvre et celles à laisser incuber.
Disposer d’un but de lecture

Avant de commencer votre lecture posez-vous les questions qui suivent :

  • Pourquoi souhaitez-vous lire ce document ?
  •  Avez-vous besoin de le lire en entier ou souhaitez-vous trouver une information en particulier ? Allez-vous le lire pour le plaisir ou par besoin ?
  • Comment allez-vous le lire ?

En fonction de la réponse à la question précédente, votre stratégie de lecture sera différente. Si vous recherchez une information en particulier, vous pourrez parcourir le livre ; si vous souhaitez retirer la quintessence du livre, vous pourrez appliquer des méthodes de lecture efficace.

Lire un document en trois étapes

L’étape de la découverte

Dans un premier temps, prenez connaissance du document. Durant cette étape, vous prendrez la décision de continuer ou non la lecture. Attachez-vous notamment aux éléments suivants :

  • la couverture (avec l’auteur) ;
  • la quatrième de couverture ;
  • la table des matières ;
  • l’index ;
  • la bibliographie.

Cette première approche vous donnera une idée notamment du contenu du document.
L’étape du plongeon

Dans un second temps, plongez-vous plus profondément au cœur du livre. Si vous manquez de temps, vous pouvez appliquer la technique suivante :

  • lisez l’introduction ;
  • lisez la conclusion ;
  • lisez la table des matières.
  • Pour les sections du document qui vous intéressent :
  • lisez le début et la fin de chaque chapitre ;
  • lisez le début et la fin de chaque paragraphe.

En effet, si l’auteur a bien construit son document, les éléments importants devraient se trouver au début et à la fin. Attention, cela dépend, toutefois, du type de document.

L’étape de la prise de notes

Un bon lecteur est un lecteur noteur. Pour retenir la quintessence du document, prenez des notes.

Ne pas subvocaliser

Pour certains experts de la lecture rapide comme Richaudeau, subvocaliser (c’est-à-dire prononcer mentalement les mots lus) ralentirait la vitesse de lecture.

Comment arrêter de subvocaliser ?

Spreeder, une application Web américaine pour apprendre la lecture rapide, propose cette astuce : occupez votre bouche, mâchez un chewing-gum par exemple ou mâchouiller un crayon. De cette façon, vous déconnecterez le mécanisme de la parole dans votre cerveau et vous vous concentrez sur la lecture et non pas sur la diction des mots.

 

Tu dois avant tout apprendre la patience

Tu te prépares avant d’agir : tu es professionnel, rigoureux, ponctuel, systématique. Tu anticipes l’action, tu enrichis continuellement ta compétence, la qualité de ta relation avec ton environnement.

Tout cela est important, mais ce n’est qu’enfantillage quand la magie se produit. Elle vient quand elle veut, et tu dois avant tout apprendre la patience

Fais de la technologie ton serviteur

Rien ne change au-dessous de la surface des choses : la technologie est neutre. Certains croient le contraire qui deviennent le serviteur de leur smartphone. Fais de la technologie ton serviteur : décide de l’heure à laquelle tu regarderas tes mails, décide de l’information dont tu ne prendras pas connaissance, décide de faire confiance à ton répondeur et de ne pas prendre cet appel.  La reconquête de ton humanité commence ici, exactement.

Vois les gens dans leur potentiel

Trop souvent tu ne prêtes pas d’attention à ce que tu décides de voir chez les gens. Par ton absence, tu laisses la main à tes vieux conditionnements. Sache que ton regard est aussi créateur que tes actes.

Ton regard est en fait un de tes actes de création les plus puissants. Pense également que l’autre aussi te voit autant que tu le vois, te crée autant que tu le crées. Si tu ne vois pas le meilleur de lui, que va-t-il voir en toi ?

Ne crains pas les exceptions, les contradictions, les incohérences

Tu ne peux pas vivre sans modèles : sans eux l’univers est inconnaissable. Il faut simplifier et organiser les choses pour pouvoir les saisir.

Mais ne crains pas les exceptions, les contradictions, les incohérences, les erreurs ni les paradoxes. N’aie crainte de la vie qui pointe son nez dans les failles du système. Vois-la, regarde-la, respecte-la, même si elle pose un problème à tes simplifications du monde : elle t’aidera alors à passer à l’étape suivante de ton évolution.

Sache sur quoi tu es excellent

La plupart des gens ne peuvent dire ce sur quoi ils sont excellents. La plupart des gens n’ont probablement jamais osé affronter la question, osé envisager être un être unique et lumineux.

Si tu parviens à le faire, alors tu pourras vraiment savoir qui tu es, mais pour cela tu ouvriras aussi la porte à son envers : tes limites, tes faiblesses, ta zone d’ombre et de médiocrité. Accueillir l’une, c’est aussi rencontrer l’autre. Si tu connais l’une sans connaître l’autre, tu ne fais que te nourrir de mensonge. Comme tu ne peux non plus parler de l’une sans parler de l’autre, tu avais sans doute choisi, jusqu’ici, de les éviter toutes les deux.

N’oublie-pas d’emmener ton corps avec toi

Il est certaines idées qu’on ne peut comprendre que dans le corps. Ton cerveau est bien fait, mais tu perds de ton intelligence si tu oublies ton corps.

Il y a des sujets qui se marchent, d’autres qui se courent, d’autres qui se jouent au tennis… Trouve le moyen d’emporter au moins une forme de connexion à ton corps dans ton excellence professionnelle : un geste, une énergie, une sensation.

Manie avec justesse le compliment et le « vous êtes comme les autres »

Manie avec justesse le « vous êtes unique » et le « vous êtes comme les autres »
Il est souvent possible de réduire le besoin psychologique de ton interlocuteur à deux catégories : le besoin de reconnaissance et le besoin de sécurité.

Le besoin de reconnaissance exprime l’attente première d’être compris, d’être vu et entendu en tant que personne unique dans une situation particulière ; le besoin de sécurité, la nécessité d’être rassuré par ton expérience dans le contexte particulier de son questionnement du moment. L’expression de ces deux besoins peut être extrêmement proche, mais leur réponse sera radicalement opposée : de nature « j’en vois tous les jours des comme toi » pour la première et « c’est la première fois que je suis confronté à cela » pour la seconde.

Connecte les différentes parties de toi-même

Notre psyché est composée de parties de nous-même : chacune possède sa logique, ses valeurs, ses objectifs et sa personnalité.

Chez certains, ces parties sont en conflit ouvert : elles sont engagées dans une guerre interne permanente. Pour d’autres, ces parties s’ignorent et alternent aux commandes de la conscience. Mieux les parties de toi sauront communiquer entre elles et s’entendre sur un but commun, plus ensemble elles vont libérer d’énergie vitale. C’est la congruence : une grande partie de ton leadership personnel réside ici.