Nos faiblesses peuvent être nos forces

Itzhak Perlman
Source: flikr

La différence entre les esprits créatifs et ceux qui s’accommodent de l’échec, c’est la capacité de ces premiers de faire du manque non une frustration, mais le moteur pour aller plus loin.

Lorsqu’on parle de limitations, on cite souvent un épisode vécu par Itzhak Perlman, le violoniste israélien, souffrant de poliomyélite, ne se séparant de ses béquilles que pour jouer.

Lors d’un concert au Lincoln Center de New York, une corde de son violon se casse alors qu’il vient de commencer sa prestation. Le public pense que le concert va s’interrompre pendant un long moment afin de changer la corde. Mais, Perlman continue de jouer. Défi quasiment impossible, la partition étant d’une grande difficulté. Et à la grande surprise du public, il parvient à surmonter cet obstacle.

Le concert terminé, l’ovation est énorme. Perlman s’éponge le front et pointe son archet vers le public pour réclamer le silence et dit :

« Vous savez parfois la tâche d’un artiste, c’est de voir ce qu’il peut faire avec ce qui lui reste. »

Une réflexion au sujet de « Nos faiblesses peuvent être nos forces »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s