Comment provoquer la chance de votre vie après un echec?

Beaucoup de gens illustres ou ordinaires ont fait des erreurs terribles en affaires; se sont fait virer; ont été refusés pour un emploi ou ont été considérés comme des perdants.

Malheureusement, l’échec est inévitable, mais il nous donne la sagesse dont nous aurons besoin pour réussir dans l’avenir. Peu importe son ampleur, il est important de le considérer comme une expérience utile, d’en tirer autant d’enseignement que possible et de passer à autre chose en dépit des difficultés.
J’ai toujours été fasciné par les histoires de réussite. Des gens comme vous et moi qui sommes allé au-delà de leurs limites apparentes et ont réussi dans la vie parce qu’ils le voulaient vraiment. Comment ont-ils fait?

Primo: Apprendre de ses échecs.

Récemment, j’ai entendu parler de l’histoire intéressante et vraie de Jean, qui travaillait pour un célèbre organisme de prêt. Il n’était pas très doué dans tout ce qu’il faisait. Son poste dans cette société était le tri du courrier et il s’est fait virer au bout de 3 mois.
Ensuite, il est allé travailler comme téléopérateur et a été viré de là aussi. Il a essayé de travailler comme agent immobilier – pas de chance là non plus… Bref il s’est fait virer d’à peu près tous ses emplois.
Un jour, alors qu’il travaillait comme commercial pour une société d’assurance, son superviseur a démissionné sur un coup de tête l’équipe est restée sans chef. Personne ne voulait vraiment prendre ce poste très stressant qui impliquait une énorme responsabilité et une grande pression pour atteindre les objectifs d’équipe.
Jean postule et comme il n’y avait pas d’autres candidats pour le poste à ce moment-là, les RH ne voulant pas embaucher, retient sa candidature . En pleine crise, Jean réussis a dépassé les objectifs fixés et a re-booster son équipe avec à la clé un salaire mensuel qui titille souvent les 5 chiffres.

Moralité? Jean s’est forgé une carrure de gagnant en cumulant les échecs professionnels. Il connaissait le métier, il le passionnait. Il s’est donc lancé dans cette aventure avec le culot de celui qui n’a plus rien à perdre. Il n’y a que lorsqu’on renonce qu’on perd nos chances de réussir!

Deuxio: Bosser dur!

 La success-story à l’américaine m’inspire souvent aussi. J’aime raconter l’histoire de Lewis que j’ai lu quelque part. Il n’avait que 18 ans, lorsqu’il émigra aux États-Unis avec seulement quelques dollars en poche juste après la Deuxième Guerre mondiale. Il était originaire de Londres où la vie était difficile après-guerre.

Lewis avait toujours rêvé de partir aux États-Unis et de vivre son rêve américain Il est resté pendant quelques mois avec un de ses parents éloignés et a travaillé comme jardinier en Californie, économisant tout l’argent qu’il pouvait. Il était vif et intelligent et voulait faire des hautes études, mais l’argent qu’il a économisé n’aurait jamais été suffisant.
Il a continué à travailler très dur jusqu’à ce que l’un de ses riches clients le remarque et lui offre d’être son commanditaire s’il voulait aller étudier à Stanford. Lewis saisit l’opportunité et il en sort diplômé enGestion.
Assez vite, il a décroché un excellent poste de manager dans une grande entreprise à Los Angeles mène grand train. Il s’est marié, a acheté une belle maison et eut un fils. Quelques années plus tard, les changements de politique de l’entreprise l’obligent à quitter son travail. Il décide dans la foulée de changer de ville et de vie.

Peu de temps après, avec ses économies et son ami, ils démarrent une entreprise de recyclage de ferraille. Après quelques années, ils sont devenus multimillionnaires. Lewis investi la plupart de son argent dans le marché boursier et a utilisé le reste pour parcourir le monde. il a aujourd’hui 78 ans.
Voilà, bien qu’un peu « bling-bling », l’histoire de Lewis est surtout une histoire ordinaire d’un bosseur ambitieux qui a su tirer le maximum des quelques coups du sort que lui a offert la vie.
Tout ça pour dire: N’attendez pas. L’heure ne sera jamais la bonne. Commencez là où vous vous situez, travaillez avec ce que vous avez, et de meilleures opportunités se présenteront sur votre route!

Djamel

Une réflexion au sujet de «  Comment provoquer la chance de votre vie après un echec? »

  1. Bonjour Djamel

    Cette histoire est intéressante bien que bling bling comme tu dis.
    Ce qui m’intrigue est :
    Qu’est devenu le superviseur de Jean? Pourquoi a t’il démissionné sur un coup de tête?

    Vois tu, je n’ai jamais été virer de mes emplois et suis toujours partie de moi même, un ras le bol général de la société dans laquelle je vis.
    Bien que mon dernier emploi ou j’étais depuis 5 ans montre que je l’adorais, mais de jeunes ambitieux ont tout fait pour me pourrir la vie.
    Ce qui m’a fait beaucoup pleuré ces deux derniers mois est que cette même société m’a débauché et qu’aujourd’hui elle veut se débarrasser de brebis galeuses en se servant d’un jeune directeur de 25 ans « un Killer »
    Seulement voilà, moi je ne supporte plus cette médiocrité qui m’a atteint la première.

    Dans cette phase, j’y trouve un bonheur, un rêve mit de côté qui prend forme.
    Je n’ai pas peur, je suis sereine.

    Je voulais juste te dire que j’avais un travail qui me rendait heureuse, et même avec les aléas de la vie, j’avance vers un bonheur plus important qui n’est pas le travail mais la joie de vivre.

    Bonne journée Djamel

    Valérie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s